Tuesday, February 28, 2017

Mandoki Soulmates @ Olympia, Paris, 01 Mars 2017

Mandoki Soulmates @ Olympia, Paris, 01 Mars 2017
Un batteur Hongrois réuni des musiciens pour un All Starr band du pauvre... on vous rancontera
a voir pour la présence de Tony Carey ( il joue sur le "Rising" de Rainbow époque Dio ) et John Helliwell de Supertramp.

, Tony Carey (Rainbow), Szakcsi, Randy Brecker, John Helliwell (Supertramp), Bill Evans, Bobby Kimball (Toto) et Till Brönner.

Bobby Kimball / Tony Carey / Chris Thompson
Pas la foule des grands soirs à l'Olympia pour voir ce All Starr band à la mode Hongroise, le groupe étant fédéré autour d'un batteur hongrois complètement inconnu Leslie Mandoki.
S'il n'y a pas trop de monde sur les sièges rouges de la salle, sur scène par contre on affiche complet, en comptant tous les chanteurs et musiciens ils sont bien une vingtaine.
Cette affiche hétéroclite est composée d'un backing band, avec 3 choristes et 6 cuivres, on fait les choses en grand et des guests un peu plus connus dont Chris Thompson ( Manfred Mann’s Earth Band) et Nick Van Eede (Cutting Crew) qui se partageront la plupart des parties chantées, un Bobby Kimball qui a un peu trop forcé sur les kebabs et qui a oublié sa voix dans les loges. Tony Carey renforce la troupe aux claviers par intermittence et viendra nous poussez la chansonnette sur le "Smoke on the water" de Purple. John Helliwell de Supertramp est aussi du voyage mais ce doit être lui qui a le meilleur job de la soirée puisqu'il est sur scène pas plus de 20 min , tout comme David Clayton-Thomas ancien chanteur des Blood Sweat & Tears venu nous faire son "Spinning Wheel".

En ce qui concerne la setlist on a droit au répertoire du batteur en chef, maître de cérémonie et chanteur assis derrière ses percussions pour des titres easy-listening vaguement rock, un discours "la guerre c'est mal- la liberté c'est bien" et des reprises dont du Toto ( Bobby Kimball oblige) Cutting Crew, un petit medley de Supertramp... à la mode du All Starr Band.
Un assemblage de second, voir troisième couteaux assez pathétique, le pire c'est que le public semble avoir apprécié.
Triste de voir que certains musiciens, anciennes gloires de la musique doivent accepter ce genre de choses pour pouvoir vivre de leur musique.
Version age tendre et tête de bois ou stars des 80's pour musiciens et chanteurs anglo-saxons.
Triste



Monday, February 27, 2017

Rover @ Salle Pleyel, Paris, 27 Fév 2017

Rover @ Salle Pleyel, Paris, 27 Fév 2017
ROVER retrouve son public, constitué très majoritairement de bobos parisiens, dans cette superbe salle Pleyel, récemment rénovée et copieusement garnie ce soir. La configuration entièrement assise n'aide pas pour l'ambiance avec un auditoire qui restera bien sage jusqu'au rappel.
Le groupe pratique un rock sophistiqué qui n'est pas sans rappeler Bowie/Lou Reed avec quelques accents pop d’où le style du public, très bobo parisien.
Le chanteur ne manque pas d'humour et a toujours une petite anecdote ou un mot drôle à nous sortir entre les titres, il arrive même à nous rebaptiser Axl Rose ( le leader des Guns) en Axl Red avant de se rendre compte de sa méprise... d'anthologie !
Une bien belle soirée.



Band of Horses jouent aussi à l'Elysée Montmartre

Tuesday, February 21, 2017

Emiliana Torrini & The Colorists @ Bataclan, Paris, 22 Fév 2017

Emiliana Torrini & The Colorists + Albin de la Simone @ Bataclan, Paris, 22 Fév 2017
Albin de la Simone en première partie, assis derrière son piano et accompagné d'un guitariste pour de gentilles petites ritournelles dont une en compagnie de la vedette de la soirée, chantée en français s'il vous plaît, sympathique.
 Emiliana Torrini est pour l’occasion entourée d'un groupe belge de 8 musiciens: 3 percussionnistes, un bassiste, 2 claviers et 2 violonistes. Pas de guitariste, c'est à noter: c'est assez rare que nous assistions à un concert sans qu'il y ait un guitariste.
Un premier titre entièrement instrumental qui nous plonge directement dans l'ambiance: ce soir la musique sera plus expérimental que les concerts habituels.
La belle débarque avec une jolie robe colorée et enceinte jusqu'au cou, accueillie comme il se doit par un public déjà conquis.
 Tout au long des 90 min une Emiliana concentrée enchaînera de belles mélodies vocales  sur une musique quelques fois un peu déroutante comme une version ultra soft et organique -vocalement et musicalement- de sa compatriote dont il est inutile de donner le nom ici.

 setlist